Ramification



Au terme d’une gestation fabuleuse,
il y eut l’hécatombe d’une nuit
qui décida la lumière.


Ne crains riens de la silhouette des ombres
c’est le soleil qui affranchira ton regard.


Le rêve est une promesse
que la patience d’une nuit
n’accomplit qu’à la rosée.


A rebours de toute souffrance
une conscience sourit au chahut des étoiles.


Entre rêve et réalité
la masse étonnée du corps
hésite et balance.


Le retrait du monde
ou le levain nécessaire
au jaillir d’un matin tranquille.


Ne tolère rien qui obstruerait la faille
où pourrait s’égoutter ta passion meurtrie.


Au soir de ta vie
se dévoilera l’étai
qui en supporta l’évidence.
Ne rejette rien que tu puisses, tôt ou tard,
rattacher à ton âme, à ta souffrance, à ton destin.
Ce qui brûle au creux du poème
c’est un chagrin d’Univers
entre deux crépitements.